BSC NEWS MAGAZINE

 

           

Lun10202014

Dernier ajoutVen, 17 Oct 2014 6pm

 

 

Back Vous êtes ici : Accueil Interviews EXCLUSIVITES Véronique Rieffel : la liberté en toutes lettres

Véronique Rieffel : la liberté en toutes lettres

Véronique Rieffel : la liberté en toutes lettres Propos recueillis par Sophie Sendra - BSCNEWS.FR / Interview épistolaire de Véronique Rieffel, Directrice de L'Institut des Cultures d'Islam à Paris, pour son dernier ouvrage Islamania (Beaux Arts Editions).

Le 28 Mai 2011

Chère Madame Véronique Rieffel,

Après lecture de votre ouvrage Islamania, De L'Alhambra à la Burqua, histoire d'une fascination artistique, je me pose beaucoup de questions. 
Il s'agit d'un mélange savoureux entre un ouvrage d'Art et un document d'analyse(s).
Pourquoi publiez-vous cet ouvrage et dans cette forme ? Vos études ont incité certainement cette démarche au-delà de l'Institut dirigé par vos soins.
Je ne peux également effacer de mon esprit que vous êtes une femme à la tête d'un endroit de culture(s) dans lequel il serait plus commun (selon un regard purement occidental) de voir un homme. Les clichés ont la dent dure n'est-ce pas !?
Au fait, êtes-vous toujours à New York ou ailleurs ? Vous semblez être une grande voyageuse...
Bien à vous,

Sophie Sendra

------------------------------------------------------------

Le 01 juin 2011
Chère Sophie,

Pour répondre d’emblée à votre dernière question, vous avez vu juste, je suis encore en ce moment pour quelques heures à NYC. Je reviens d’une balade dans le Bronx avec un ami tunisien installé à Brooklyn. L’idée de ce voyage était en effet associée à l’envie de sortir des sentiers touristiques manhattanniens pour découvrir des quartiers de la grosse pomme plus méconnus mais très savoureux comme le « little Cairo » du Queens, la « little Sénégal » à Harlem ou encore le sulfureux projet de centre communautaire musulman proche de Ground Zero, en plein cœur du quartier de la City… D’où le nom du prochain festival que j’organise à l’ICI : Islam&the City qui offrira une plongée au cœur de l’islam Made in US dans un monde post 11 septembre et désormais post printemps arabe et Ben Laden.
Mais revenons à Islamania…. L’idée du livre est venue de ce constat quelque peu paradoxal : d’un côté l’omniprésence de l’islam à la une des journaux, dans les programmes TV, sur internet, à la radio et dans des livres à caractère géopolitique et sociétal et de l’autre sa quasi absence dans les livres d’histoire de l’art. J’y vois une forme ambivalente d’islamnania, c’est-à-dire une obsession occidentale pour l’islam qui se focalise sur deux « objets » : le terrorisme et les femmes et en revanche, ne dit pas un mot ou presque sur l’islam comme source d’inspiration pour des artistes ou comme objet esthétique. Qui sait par exemple que la révolution de l’abstraction dans la peinture moderne s’appuie en grande partie sur l’art islamique pour lequel Kandinsky ou encore Kupka éprouvaient une grande admiration ?
C’est cet équilibre que je voulais rétablir sous une forme qui me semblait inédite en la matière : à la fois un livre d’art avec une riche iconographie (motivée peut-être aussi inconsciemment par le côté « la preuve par l’image » : je n’invente rien quand je parle par exemple de l’influence de l’islam sur Le Corbusier mais c’est tellement peu connu qu’il faut le voir pour le croire !) et un livre sociologique au sens où il peut fournir un éclairage sur des questions qui interrogent notre société occidentale contemporaine : pourquoi sommes-nous autant obsédés par l’islam ? Comment comprendre la place hégémonique accordée à la question du voile islamique inversement proportionnelle à sa présence dans les rues parisiennes ? La construction des minarets, les caricature s du prophète, etc. En gros : comment cette Islamania nous parle de notre société et comment les artistes s’en emparent, l’explorent, la détournent et l’éclairent.
Vous avez tout à fait raison : ce sont mes études de philosophie qui ont profondément nourri en creux cette question. Il y était impossible de citer de philosophes du monde musulman puisque nous disait-on, le jury ne serait pas en mesure de se pencher sur des textes et des penseurs n’appartenant pas au « corpus ». Moi qui avais choisi la philosophie précisément pour son ouverture (à des systèmes de pensées divers), pour sa distance critique et sa faculté à s’interroger sur l’origine des choses, j’étais très choquée par le côté occidentalocentré des études philosophiques françaises et son incapacité à penser les racines orientales de la pensée européenne.
Islamania s’inscrit donc dans cette démarche de construction, au-delà des catégories clivantes d’Orient et d’Occident, d’une histoire partagée où l’islam n’est pas considéré comme un « produit exotique » mais comme une composante culturelle forte et inspirante.
Sur la question du genre que vous soulevez, il y a beaucoup à dire, et comme vous l’avez sûrement remarqué à la lecture de l’ouvrage, notamment dans le chapitre Un homme et une femme, c’est un sujet qui me préoccupe tout particulièrement et auquel je suis très sensible, personnellement et intellectuellement. J’entends votre remarque dans un sens peut-être différent de celui que vous lui donnez. Oui, en effet, il est surprenant qu’une femme dirige l’Institut des cultures d’Islam… tout simplement dans la mesure où la plupart des établissements culturels français sont encore dirigés par des hommes ! (N’est-ce pas ça qui est surprenant d’ailleurs finalement ?)
Je ne suis pas sûre que c’était le sens de votre question mais c’est ma manière à moi d’y répondre de façon un peu ironique…
A très bientôt,
Véronique

Le 01 juin 2011

Chère Véronique,

(Je pense pouvoir vous appeler Véronique, puisque vous m'appelez Sophie...)

Quelle chance avez-vous de voyager et de voir « Ma » ville, inconnue de mon regard et de mes sens : New York.
Un rêve couché sur le papier, il y a quelques numéros de cela, intitulé « Jazz in New York ». Pure parenthèse phénoménologique dans laquelle j'évoquais, lors d'un parcours fictif mais emprunt de réalité,
cette plaie béante qu'est Ground Zero. Cet endroit me semble (de loin) chargé d'émotion(s) mais, dans le même temps, être la cristallisation des clichés sur cette culture d'Islam.
Ces derniers ont pu se manifester par les différents rassemblements lors de la création du centre communautaire musulman, vécue comme une provocation de la part des
new-yorkais. Qu'avez-vous remarqué ou entendu à ce propos ? La population est-elle toujours réfractaire à ce sujet ?
Il est vrai que Islamania est un « objet » d'Art, mais il semble être également militant pour une connaissance plus précise de l'Art d'Islam, coupant court à des fausses vérités, des illusions collectives.
Mais ne parlait-on pas, il y a quelques décennies, d'Art Maure ou Moresque plutôt que d'Islam ? 
Ce dernier terme, ambivalent, crée sans doute une confusion dans les esprits, entre la Religion et l'origine géographique das artistes (?!).
Cela reviendrait peut-être à réduire les œuvres d'un artiste français sous le titre d'Art « chrétien » (compte tenu de l'empreinte judéo-chrétienne).
En fait, c'est sans doute la peur du prosélytisme (qui n'existait pas en matière d'Islam, à l'époque de Kandinsky, de Kupka etc.) qui empêche un regard bienveillant sur cet art superbe et sans conteste impressionnant dans l'exécution et sa beauté.
Je pense qu'on ne peut concevoir d'étudier les clivages, sans prendre en compte les pensées sociologiques.
Quant à la femme, il est certain que votre ouvrage en donne une large place dans le chapitre « Un homme et Une femme » et plus particulièrement dans « Au-delà d'un Orient féminin et d'un Occident masculin » (ainsi que dans les autres parties du chapitre d'ailleurs !). 
En vous lisant, l'annotation que j'ai faite dans la marge, instinctivement sans y réfléchir, c'est de me dire que la femme, dans toutes les religions, est
regardée, dans un grand paradoxe, comme étant à la fois la Sainte (la mère, la madone comme vous le dites d'ailleurs) et l'attrait du péché qu'il faut cacher, la source de tous les ennuis du monde.
Cette « peur » et cet attrait/répulsion vient sans doute de l'énigme que la femme semble être : après tout, ce que l'on ne connait pas, on le rejète ; c'est le principe même de la xénophobie.
La femme orientale, admirée par les artistes occidentaux et célébrée par la peinture et la photographie, semble faire peur désormais. Les œuvres que vous exposez dans cette partie de votre ouvrage
semblent exposer à nouveau cette beauté, mais certaines œuvres sont beaucoup plus politiques qu'esthétiques (l'œuvre de Shadi Guedirian par exemple). Les révolutions du printemps arabe seront-elles esthétiques également ? Montrant ainsi à la face du monde que l'Islam sait se dénoncer, se montrer, se critiquer (?!).
Enfin, je suis d'accord avec vous concernant le milieu de cette philosophie académique, qui peut sembler parfois fermée sur elle-même. Peu innovante et très « franco-allemande » dans son Histoire des Idées.
A propos d'ouverture d'esprit : l'ICI ouvre t-il des cours atypiques en dehors de toute « Islamania » ? Cours d'Histoire des Arts, des Philosophies etc. qui permettraient finalement une vision « grand angle », où les sujets seraient source d'échanges et de confrontations des points de vues ? 
J'y pense : C'est peut-être le but de Islam&The City ? Faire se rencontrer des personnes de tous horizons ?!

Bien à vous,
Sophie 

Le 08 juin 2011
Chère Sophie,

A mon tour, je suis curieuse : Qu’entendez-vous par « ma » ville au-delà d’une réflexion phénoménologique fondée sur la présence hyperbolique et contradictoire de ce vide baptisé unanimement Ground Zero ? NYC est-elle votre ville fantasmée ? L’évitez-vous pour ne pas abimer le mythe ? Ou peut-être est-ce une ville où vous avez vécue et que vous ne pouvez vous résoudre à revoir en « simple touriste » ?
J’éprouve ce sentiment pour Alexandrie, ville de cœur et du Quatuor où je n’arrive pas à retourner depuis mon départ en 2002. Je suis arrivée à Venise pour une visite éclair à l’occasion de la biennale d’art contemporain qui vient de débuter. J’avais très envie de voir les pavillons des pays musulmans qui y poussent comme des champignons. Je réfléchis à une programmation autour de la jeune création dans le monde arabe pour début 2012 et le premier anniversaire de ce précoce printemps arabe survenu en plein mois de janvier dernier et prenant au dépourvu le monde entier. Il est très réjouissant de constater à quel point celui-ci s’est répandu dans l’ensemble des pavillons présents à Venise et pas uniquement ceux des pays arabes. Cela me laisse penser que l’islamania est bien en route au sens où une histoire de l’art partagée au-delà de l’Orient et de l’Occident est en train de se dessiner, dans laquelle l’islam quitte ses oripeaux exotiques et traditionnels pour revivifier la création contemporaine jusqu’alors encore occidentalocentrée.
La proposition qui me semble la plus pertinente vient d’ailleurs bizarrement, de l’artiste suisse Thomas Hirschorn, à travers une œuvre tout sauf neutre qui réinvente le musée et trouve une forme plastique saisissante pour exprimer dans une panique et une frénésie assumées l’urgence qu’il y a à rendre compte de façon sensible du caractère irrationnel et totalement imprévu d’une révolution certes partie du monde arabe, mais revêtant une dimension universelle. En effet, elle nous concerne tous et montre à une humanité revenue de tout et désabusée, suite à la succession de crises et de scandales, l’exemple et la preuve d’une indignation possible. Elle rappelle celle que le sage Stéphane Hessel appelait de ces vœux à la fin de l’année dernière mais qui apparaissait alors comme le cri, certes nécessaire mais impuissant d’un homme au crépuscule de sa vie. Que cet appel ait été entendu par la jeunesse arabe perçue à travers nos lunettes orientalistes, comme fataliste et soumise représente une nouvelle terriblement revigorante et un pied de nez incroyable au vieux continent donneur de leçons (...)

J’ai visité l’exposition avec un de mes artistes de prédilection, très présent dans mon islamania personnelle (au côté de mon autre chouchou François Morellet !) Je parle bien sûr de Mounir Fatmi qui exposait son œuvre « Lost springs » interdite par le comité de censure de la foire de Dubaï deux mois auparavant. L’œuvre représente les 22 drapeaux des pays de la ligue arabe, les deux premiers tunisiens et égyptiens montés sur des balais brosses symbolisant le « dégage ! » adressé aux dictateurs. Les autres placés en rang d’oignon semblent attendre leur tour. Œuvre belle, forte, saisissante comme toutes celles de Mounir !
Nous nous retrouvons à une terrasse ombragée et échangeons à chaud nos avis convergents sur la biennale de cette année avec Alice Martin, administratrice des rencontres photographiques d’Arles et fille de Jean-Hubert Martin qui assure le commissariat du pavillon Français...
Oui chère Sophie, le printemps arabe semble bien débloquer les processus créatifs de part et d’autre de la Méditerranée et bien au-delà ! Il semble d’ores et déjà de nature à donner un coup de balai (définitif ?) à l’imagerie orientaliste surreprésentée habituellement dans ce type de grande manifestation culturelle internationale. Les femmes victimes, voilées, voire violées ont été chassées à leur tour par des femmes actives, actrices de leur action comme c’était le cas également au festival de Cannes où les avocates et bloggeuses (dans le film « Plus jamais peur ! » de Mourad Ben Cheikh notamment) ont remplacé les néo odalisques avachies. Seul vestige de cet orientalisme désuet : une vidéo de Shirin Neshat aperçue au détour d’un des couloirs labyrinthiques du Palazzio Fortuni magnifiquement décadent : une mise en abyme en quelque sorte de ces relents d’orientalisme intériorisé d’artistes ayant établi leur renommée internationale dans les années 80 sur l’autoexotisation très prisée à l’époque : fin d’un monde qui suscitera à mon avis peu de nostalgie. Nous parlons également avec Mounir de sa présence au sein d’ « Islam&the City ».
Vous me demandez quel est son but ? Très bonne question ! Et bien, ce festival que nous organisons du 2 au 10 septembre prochain a pour objet de proposer une plongée artistique et intellectuelle au sein de l’islam aux Etats-Unis. De J-10 à J-1 avant les commémorations du 10e anniversaire, il s’agit d’approfondir la connaissance de l’islam tel qu’il est vécu réellement aux US, de voir en quoi les cultures d’Islam rencontrent la culture américaine de façon parfois surprenante et d’aller au-delà du réductionnisme qui consiste à associer dans nos représentations mentales l’islam au 11 septembre et par un syllogisme trompeur, l’islam américain au terrorisme (...)
Il s’agit surtout de voir en quoi le 11 septembre, au-delà du bouleversement qu’il a représenté pour l’humanité, est devenu un objet artistique et littéraire inévitable et aussi de voir en quoi les artistes et écrivains nous aident à appréhender l’innommable. Surtout, il est aussi question de rappeler en quoi les musulmans américains, mais aussi du monde entier, ont été les premières victimes des quelques fous qui ont prétendu agir en leurs noms. Le nom choisi pour le festival annonce également le choix d’une approche pleine d’humour et de glamour à la sauce américaine bien loin des grilles de lectures de l’islam soit sinistre et sensationnaliste soit victimaire.
Vous me demandez comment le peuple américain perçoit aujourd’hui l’implantation du centre musulman Park51 à quelques blocks de Ground Zero ? Je dirais que ce projet est un parfait exemple des similitudes entre culture musulmane et culture américaine à travers une conception commune du centre communautaire que l’on retrouve par exemple dans les YMCA. En réalité l’accueil fait à ce projet fluctue en fonction du calendrier politique. C’était ma deuxième visite là-bas. La première avait eu lieu en décembre dernier après les élections de mi-mandat (...)
Mais, je digresse et mélange les voyages ! Revenons à Venise et à ma discussion avec Mounir. Artiste intelligent à l’exact opposé du cliché de l’artiste contemporain provocateur et opportuniste, Mounir crée des œuvres qui sont de véritables stimulateurs visuels de conscience. Il partage avec moi la volonté non négociable de ne pas présenter un travail qui alimenterait une polémique stérile.
Après le 11 septembre, Mounir, comme d’autres artistes portant un patronyme arabe, a été considéré comme un « artiste musulman ». Après l’« Arab spring », il sera probablement considéré comme un « artiste arabe ». Les étiquettes changent et importent peu. Je pense avec la critique d’art Catherine David qu’il n’y a pas d’art musulman contemporain, mais un art qui se nourrit des questions de notre temps, les religions en étant une composante parmi d’autres. Je suis d’accord avec vous : on parle abusivement d’art musulman par facilité de langage mais ce n’est pas équivalent à ce que l’on désigne sous le terme d’art chrétien qui renvoie à des œuvres liturgiques ou commandées par l’Eglise. L’art islamique désignait plutôt l’ensemble des productions artistiques créés dans les régions où l’islam était la religion dominante, que ces objets soient de nature sacrée ou profane (et parfois produits par des artistes chrétiens ou juifs). Ce déséquilibre entre les deux appellations a été source de bien des confusions. Mais encore une fois, concernant l’art d’aujourd’hui, il me semble préférable de parler d’art contemporain sans autre qualificatif : un art qui transcende les religions et qui est irréductible à la zone géographique dont l’artiste est issu.
Dans le vaporetto qui me conduit à l’aéroport, la piazza San Marco s’éloigne de ma vue tandis que deux images restent dans mon esprit : à côté des drapeaux-balais de Mounir, cette incroyable Marianne tunisienne inventée par Thomas Hirschorn, qui porte sur son sein la révolution de jasmin et dont la robe gigantesque, mouvante, sublime au sens kantien, offre un kaléidoscope d’images infinies d’une révolution en marche : promesse de bonheur et magnifique incarnation de la belle phrase d’Aragon (malheureusement un peu galvaudée aujourd’hui) issue du Fou d’Elsa que je cite à la fin d’Islamania : la femme (arabe ? Musulmane ?) est l’avenir de l’homme ! La version contemporaine de la Liberté guidant le peuple sous les traits d’une femme arabe ? L’orientalisme met les voiles tandis que l’artiste européen les enlève !
A très bientôt Sophie, rendez-vous à Fès !
Amitié,
Véronique

Le 14 juin 2011

Chère Véronique,

Désolée pour le retard mais j'ai eu beaucoup de choses à gérer ces derniers jours.
J'ai lu attentivement votre dernière (longue) lettre et il s'en dégageait beaucoup de poésie. Il semble que vos voyages soient des sources d'inspiration.
Je vais tenter de répondre à la question que vous me posiez sur New York, "Ma" ville.
En fait, elle n'est pas « fantasmée », « rêvée », elle n'est pas non plus un souvenir pour moi. Elle est la représentation réaliste d'une construction qui vient de mon enfance.
Il y a parfois des pays, des villes, qui représentent quelque chose de connu sans l'être réellement.
C'est très difficile de répondre à cette question. Je n'ai pas pour habitude de parler de moi mais plutôt de faire parler les autres. Je vais faire un effort pour vous.
Comme pour toute construction, il faut passer à une "dé-construction". Après le rêve New York, il faut accepter de voir l'envers du décor. Ville sans nul doute exceptionnelle mais
qui comporte en elle toutes les contradictions de la réussite américaine (ghettos, pauvreté etc.)
J'ai une vision d'émulation intellectuelle, de création, de cosmopolitisme. J'ai étudié des auteurs américains des années 50, j'ai écrit sur cette ville et j'adore le jazz (...)
Vous me parliez de Fès. Les voyages continus donc à un rythme effréné pour vous (?).
De plus, j'ai la manie de regarder la façon dont les personnes écrivent. L'expression qui revient très souvent dans vos lettres est « au-delà ». Cela relève sans doute d'un désir de passer outre, de voir toujours plus loin, de transcender les simples apparences. Le côté de Schopenhauer, d'enlever, comme il le disait, « le voile sur les choses ». Étrange rapprochement quand on y pense d'ailleurs !
Au fait avez-vous vu le film Iranien Une séparation d'Asghar Farhadi (Mai 2011) ?
Cela me rappelle (dans un autre genre) Persepolis ou encore Poulet aux prunes de Marjane Satrapi. Pensez-vous qu'elle ait contribué à faire connaitre les problématiques des pays qui cherchent la liberté, comme c'est le cas pour le Printemps Arabe ?
En ce moment, il y a beaucoup de publications qui parlent de ce mouvement, notamment la Revue Ravages n°5, avec un article de Malek Chebel « Vive le printemps arabe » auteur également de L'Islam des Lumières. Que pensez-vous de toutes ces publications qui se succèdent ?
Dernière question : avez-vous visité des pays tels que l'Afghanistan, l'Inde, le Pakistan ? 
Artistiquement, j'écrivais dans un de mes derniers articles consacré à ces mouvements de révolution et à la place de l'Art et des Artistes (in, Histoire de l'Art : une certaine Idée de l'Artiste) : « Il faut donc, impératif catégorique d'une philosophie en acte et d'une Histoire présente et future, aiguiser nos yeux afin de repérer ces œuvres Égyptiennes, Tunisiennes, Algériennes, Syriennes et bien d'autres encore (...) Positiver un événement au-delà de la cristallisation des émotions, c'est savoir extraire de celui-ci un point de vue sur le monde afin de l'interpréter et de le rendre plus grand que sa simple dimension événementielle. C'est l'inclure dans une existence en mouvement, c'est le rendre nôtre. Les œuvres réussissent cela. Ne ratons pas ce rendez-vous ». Cherchez-vous cela au travers de vos voyages au cœur de l'Esthétique du monde ? Beaucoup de questions n'est-ce pas ?...mais c'est tellement passionnant !
Bien à vous,
Sophie
Le 20 juin 2011

Chère Véronique,

Nous arrivons au terme de notre correspondance. J'espère que vous avez reçu ma dernière lettre postée la semaine dernière.
Toujours en voyage, vous semblez vous donner totalement à L'Institut.
La lecture de votre ouvrage Islamania est une ouverture vers l'Art, mais au-delà de cela, il est une ouverture de l'Esprit. Celui-là même qui semble parfois un peu oublié, l'Esprit Humaniste.
La véritable création est celle qui fait avancer la vision du monde de celui ou celle qui en est témoin.
Avez-vous une dernière chose à évoquer avant que ne se clôture notre correspondance ?
De mon côté, un dernier petit mot. Ce fut un plaisir d'entretenir avec vous cette relation épistolaire.
J'espère que nous pourrons un jour nous rencontrer et converser sur le monde à la terrasse d'un café. Nous avons ce point en commun, celui de regarder le monde et d'en retirer un instant de poésie.
En espérant avoir de vos nouvelles très bientôt,
Bien à vous, mes amitiés,
Sophie
Le 21 juin 2011
Bonjour Sophie,

Je reviens de Fès… Vous parlez de voyage inspirant, dans ce registre, la ville impériale est reine !
J’ai retiré de NYC plein d’énergie, de Venise plein d’images et de Fès des sons, des sensations et des rencontres magnifiques. Fès est ainsi en bonne place dans mon panthéon islamaniak avec Damas, Sanaa, le Caire et bien sûr Alexandrie…
Je suis très amoureuse de cette ville dans laquelle j’aime me perdre (à la différence de Manhattan où tout est numéroté et à angle droit… Impossible de s’y oublier !).
Cela doit être mon côté orientaliste, mon voyage en Orient à moi version 21e siècle !
J’ai pu y voir ici ou là quelques manifestations dans la lignée des indignés du 20 février. D’une manière générale, la jeunesse marocaine m’a semblé trépigner et jalouser ses « voisins orientaux » tunisiens et égyptiens (comme je le dis dans mon livre, on est tous l’oriental de quelqu’un d’autre !) qui ont osé défier les traditions.
Le festival des musiques sacrées de Fès accueille en son sein un grand colloque dont la thématique cette année m’a fait penser à vous puisqu’elle portait sur les « sagesses du monde ». J’étais invitée à présenter Islamania… et once again, à évoquer –devinez quoi ?- le printemps arabe… J’étais d’ailleurs très heureuse de la réception du livre par un public qui y voyait une sorte de préméditation précisément de cet « arab spring »… Pourquoi celui-ci nous touche-t-il autant si ce n’est parce qu’il opère une révolution du regard : il nous fait voir les musulmans non plus sous l’angle du terrorisme islamique mais comme des personnes qui aspirent à la démocratie, la liberté, qui portent un élan créateur devenu une source d’inspiration pour l’Occident : de la plazza Del sol en Espagne à notre place de la Bastille retrouvant le sens de l’indignation qu’elle incarne. Cela rejoint en effet ce que j’ai voulu montrer: l’islam non comme un problème mais comme une muse, un modèle méconnu, rarement perçu comme tel tant notre grille de lecture est encore orientée par la double image de la violence et de la soumission des femmes : elles qui ont pourtant été parmi les premières à se révolter !
Le festival a lieu dans plusieurs endroits de la ville : places publiques, Dars, Riads, et pour les grands concerts du soir : Bab Makina qui a notamment accueilli la cérémonie d’ouverture avec une création d’Armand Ammar : un oratorio autour de l’histoire de Majnoun Leila, cette œuvre majeure du patrimoine littéraire musulman qui a donné notre littérature courtoise, Tristan et Iseult ainsi que probablement Roméo et Juliette et plus près de nous le Fou d’Elsa d’Aragon. (majnoun signifiant fou en arabe).
Et c’est le californien Ben Harper qui est venu en clôture de l’événement, non pour faire la promotion de son dernier album mais pour proposer un concert unique : moment de grâce masculine (à l’image des hommes en jupe d’Islamania) et d’intensité spirituelle… L’Amérique qui rencontre l’esprit de Fès : beau symbole !
Oui, Fès est bien une source d’inspiration, pour tous en réalité je pense !
Ce festival permet de prendre son petit déjeuner avec Edgard Morin, de croiser le fameux Ben Harper dans son Riad ou encore Yann Arthus Bertrand dans une ruelle de la médina. Les débats ont lieu dans la cour du musée Batha, sous un grand chêne sur fond de jardin avec fontaines, lauriers roses et citronniers. Comment ne pas tomber majnoun de Fès, impossible !
Merci beaucoup chère Sophie pour votre lecture attentive et pour avoir remarqué mon au-delà mania ! Je pense que c’est peut-être un héritage de Nietzsche DER philosophe für mich : d’une profondeur incroyable, d’une intelligence sensible extrêmement contemporaine (lui qui se voulait intempestif). Il était d’ailleurs un grand orientaliste trouvant pour sa part son Orient en Inde. S’il y a un personnage dans l’histoire que j’aurais aimé rencontrer, c’est bien lui.
Au-delà : oui, en effet, j’adore ce terme et ce qu’il induit : le désir dans le sens de « tendre à » , de sortir de soi, une force vitale qui maintient à la fois une tension et tente de dépasser les contradictions apparentes.
Quelle est votre conceptomania à vous ? Vous vous étonnez que je vous pose des questions, mais pour moi, il est évident que votre belle idée de correspondre et de sortir de l’interview ordinaire implique un échange qui n’est pas à sens unique, limite et parti pris tacite de l’entretien journalistique habituel.
Mes récents voyages ne m’ont pas encore permis de voir Une séparation mais je comptais bien y aller dès que possible, cette semaine je pense. Je suis très attirée par les lettres et les arts persans, par l’humour, la poésie de cet univers, la faculté à jouer avec la contrainte pour être encore plus créatif (un peu comme un Oulipo imposé). En même temps, beaucoup d’iraniens, notamment parmi ceux qui ont quitté leur pays, fuient ou se mettent en colère à l’évocation du mot « islam » et sont toujours un peu effrayés quand je leur propose de venir à l’Institut des Cultures d’Islam. Je pense que ce serait probablement le cas de Marjane Satrapi que je n’ai toujours pas osé inviter. Elle fait pourtant partie des artistes évoqués dans Islamania, dans un chapitre consacré à l’art comme espace permettant de critiquer la religion, comme vecteur de résistance. C’est en cela que l’art est si important, et nous permet d’associer à l’Iran d’autres images que celle d’Ahmadinejad. Il nous rappelle aussi que les Iraniens eux aussi ont eu leur printemps, un peu trop prématuré malheureusement.
Ma route de l’Islamania ne s’est pas encore prolongée jusque dans les pays que vous évoqués mais ça ne saurait tarder. J’ai bien l’intention de me plonger très vite dans son versant extrême oriental.
Pratiquant le yoga, je rêve aussi d’Inde. J’ai vu à Fès un ciné-concert absolument magique sur la vie de Bouddha avec un film de Franz Osten datant de 1925 que je vous conseille absolument : Prems Sanya (qui signifie je crois « lumière d’Orient ») accompagné par des musiciens du Rajasthan aux turbans multicolores.
J’ai très envie d’approfondir les affinités spirituelles entre ces deux religions, l’islam et le bouddhisme, qui nous fascinent tant, nous autre occidentaux, de Los Angeles à Paris.
Je me reconnais de façon troublante dans la citation extraite de votre article (pouvez-vous me l’envoyer dans son intégralité ?)… Elle aurait tout à fait pu se trouver en quatrième de couverture d’Islamania pour expliquer l’intention de l’auteur et sa volonté de s’inscrire dans une nouvelle façon d’aborder l’histoire de l’art et l’Histoire tout court. Une histoire qui rassemble et met l’accent davantage sur les échanges que sur un choc des civilisations qu’un certain type d’historiographie n’a fait qu’attiser.
Une autre question pour vous : quel est votre rapport personnel et intellectuel à l’islam ? Etes-vous tombée par hasard sur Islamania ou est-ce que cette lecture correspondait à une démarche particulière ?
Amitiés Sophie,
Véronique
Le 21 juin 2011

Chère Véronique,

Contrairement à ce que vous pouvez penser, il est rare que mes correspondants me posent des questions. Je crois que c'est la première fois d'ailleurs.
D'où ma surprise. Je vais pourtant tenter de le faire.
Ma « conceptomania » (pour reprendre vos termes) ? Très souvent, mes élèves, mes étudiants, me font remarquer que j'insiste (parfois très lourdement sans le faire à dessein) sur l'expression « tendre vers » de Kant.
C'est certainement parce que je considère que les limites de la perception du monde (esthétiques, éthiques) doivent être étendues sans cesse et que le but à atteindre n'est pas forcément essentiel. Ce qui compte c'est l'effort que nous demande parfois cette extension vers un idéal qui ne sera (peut-être) jamais atteint. Si nous faisons en permanence cet effort pour dépasser ces limites, le but est déjà atteint en soi, pour soi et par extension pour cet "élan vital" dont vous parliez.
Pour répondre à votre deuxième question, à savoir mon « rapport personnel et intellectuel à l'Islam » comme « hasard ou démarche particulière »(?).
Tout d'abord, ma curiosité par rapport au titre de votre ouvrage dans un contexte actuel de crispation politique et social. Je m'intéresse aux Phénomènes et votre démarche s'inscrit parfaitement dans mon cheminement de compréhension des phénomènes autour des Arts et des Religions, quels qu'ils soient. Dans un deuxième temps, je peux vous dire que je me suis construite intellectuellement contre mon histoire familiale faite de déracinement et de rancœur, d'incompréhension et de souvenirs douloureux.
La véritable sagesse est de pouvoir « se construire contre » quelque chose tout en comprenant ce avec quoi on s'est construit. Je m'intéresse donc ici à ce qui n'avait pas droit de citer, cela me permet de « tisser » à nouveau ce qui a été défait dans le passé.
Étant donné que je considère qu'il n'y a pas de Hasard mais que des coïncidences, alors j'espère que celles-ci nous mèneront plus loin que cette correspondance.
Enfin, je renouvèle mes dires présents dans ma lettre précédente datée d'hier.
Si un jour vous avez une place dans votre valise pour une philosophe en quête de Phénomènes, n'hésitez pas à m'écrire un petit mot...
Bien à vous, Amitiés,
Sophie

Le 21 juin 2011
(Très tard...)

Bonsoir Sophie,

Je vous écris ce petit mot depuis mon bureau où résonnent les notes du « dhrupad »(style musical classique indien) depuis le « patio » de l’institut, mêlé au hip hop et au reggae des cafés voisins : c’est le premier jour de l’été. C'est aussi la fête de la musique : cela donne, ICI, à la Goutte d’Or, un joyeux mélange culturel à l’image de ce quartier populaire. Mais d’ailleurs, êtes-vous déjà venue ? Je vous invite dans tous les cas à visiter ce lieu insolite et attachant, si vous le pouvez avant le 2 juillet, date de la fin de l’exposition « The Goutte d’Or ! » by Martin Parr (qui sera d’ailleurs présent parmi nous dimanche 26).
J’ai bien lu votre article… Très intéressant. Je partage encore une fois cette idée de la place centrale des artistes pour éclairer et donner du sens à l’histoire ancienne et à l'histoire en marche. C’est d’ailleurs tout à fait dans l’esprit de la programmation de la prochaine exposition à l’ICI (à la rentrée) que j’ai déjà évoquée dans le cadre de cette correspondance. Les artistes réunis : Mounir Fatmi, Yasmina Bouziane, Naeem Mohaiemen, Youssef Nabil, Majida Khattari : parfois musulmans, parfois de culture musulmane (nuance !), venant ou habitant de part et d’autre de l’Atlantique. Certains de ces noms vous diront d’ailleurs sans doute quelque chose car vous avez dû les croiser au fil d’Islamania…
Merci pour les conseils de lecture, je lirai probablement cet été l’ouvrage que vous mentionnez sur Goya !
J’y pense, vous qui aimez les livres : nous proposerons pendant toute la durée du festival « Islam&theCity » un Book Club éphémère où nous discuterons de romans et d’essais d’auteurs arabo-américains ou traitant de l’Amérique du 11 septembre, autour de cupcakes et de narguilés ! Rassurez-vous, l’idée de ce book club se veut loin de l’image des Desperate Housewifes lisant par désœuvrement et se réunissant autour d’un thé ! Je souhaite au contraire dépoussiérer le concept et réunir toutes celles et ceux (et oui, j’aimerais aussi intéresser un public masculin !) qui souhaitent mieux comprendre le monde outre-Atlantique à travers le regard d’écrivains.
Welcome donc, Ahlan wa sahlan et see you soon !
Bel été à vous chère Sophie en vous souhaitant plein de belles lectures!
Véronique

S'il fallait conclure

Merci pour cette correspondance. Merci pour les voyages. Merci pour la musique des mots et des images. Les lettres se suffisent à elles-mêmes, conclure est inutile...

comments

En plus sur le BSCNEWS.FR

 

Suivez-nous sur

Contactez-nous

  • La Rédaction
  • Annonceurs / Publicité
  • Le service de presse
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Demande de STAGE
  • Candidature CV

PUBLICITÉ

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre espace lecteur sur le BSCNEWS.FR

Connectez-vous sur le BSCNEWS.FR